archive

Archives Mensuelles: mars 2014

Yann Ricordel

Cet article entend prolonger celui de Tristan Trémeau et Nicolas Fourgeaud publié en ligne par Artpress, « Pierre Huyghe et Philippe Parreno : l’institution enchantée ». Leur approche est plutôt esthétique (quel a été, finalement, l’apport de ces artistes à l’art contemporain ?), la mienne est plus historienne et politique, si ce n‘est partisane. Il me paraît indispensable de rappeler le contexte dans lequel l’ « art contemporain » (comme je l’ai laissé entendre dans mon article « Le mainstream, l’outsider, et l’annexion d’imaginaire par l’art contemporain » sur le site d’INFERNO, je n’emploierai plus ce terme, qui est de mon point de vue un abus de langage, qu’entre guillemets) s’est inventé en France, pour aboutir aux contradictions dont Tristan Trémeau et Nicolas Fourgeaud font état à propos d’évènements particuliers, mais qui à mon sens sont le miroir grossissant d‘une situation généralisée.

Mai 68 : le chant du cygne du projet socialiste en France

View original post 2 294 mots de plus