rapports sociaux réels

mythes01

Maurice Godelier in L’imaginé, l’imaginaire & le symbolique, CNRS Editions, p.171

« Mais c’est précisément cette forme achevée du monde des marchandises – la forme-monnaie- qui occulte sous une espèce matérielle, au lieu de les révéler, le caractère social des travaux privés et donc des rapports sociaux des travailleurs privés. Quand je dis qu’un habit, des bottes etc, se réfèrent à la toile comme incarnation générale de travail humain abstrait, le caractère délirant de cette expression saute aux yeux. Mais quand les producteurs de l’habit, des bottes, etc, réfèrent ces marchandises à la toile – ou à de l’or et de l’argent, ce qui ne change rien à l’affaire – comme équivalent universel, la relation de leurs travaux privés au travail social global leur apparaît exactement sous cette forme délirante.

C’est précisément ce genre de formes qui constituent les catégories de l’économie bourgeoise. Ce sont des formes de pensée qui ont une validité sociale, et donc une objectivité, pour les rapports de production de ce mode de production social historiquement déterminé qu’est la production marchande. Si donc nous nous échappons vers d’autres formes de production, nous verrons disparaître instantanément tout le mysticisme du monde de la marchandise, tous les sortilèges qui voilent d’une brume fantomatique les produits du travail accompli sur la base de la production marchande. »

Karl Marx in Le Capital, ©1993 Les presses universitaires de France, p.87

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :