archive

Archives Mensuelles: mai 2018

Car la photographie constitue une cristallisation de la contradiction, non son effacement : elle rend la contradiction praticable; grâce à elle, nous pouvons l’habiter et vivre au sein de ses dualités. La photographie n’a pas résolu l’énigme de l’équation – comment des choses différentes peuvent être la même chose – mais elle l’a transformée en ouvrant cette sphère qui nous permettra de l’oublier et de vaquer à nos affaires.

 

d’après un emprunt fait à Fredric Jameson, Représenter le Capital, éditions Amsterdam, p. 63.

La photographie « n’est elle-même qu’un symptôme de contradictions structurelles sous-jacentes (en d’autres termes, une « médiation », une solution de fortune qui ne résout pas les contradictions mais « crée la forme au sein de laquelle elles peuvent se mouvoir »).

 

à partir d’un texte de Fredric Jameson, Représenter le Capital, éditions Amsterdam, p.25

« It is only by mastering these tools, this grammar of image-production and image-distribution that we can develop a language to change the way we participate in designing our realities – by knowing how to depict them and by learning the strategies by which they are depicted and presented to us. »

Armin Linke, Accattone, magazine on architecture, issue5, p.98

« We see architecture as a fixed set of elements, but it is also a space which we experience with our body, like with a tracking shot sequence or like dancers on a stage. I think also reflects the way I make photographs: it is about deciding where to position my body, itself connected to the camera. It is about trying to look architecture as a kind of screenplay, or as a storyboard for a spatial choreography. »

Armin Linke, Accattone, magazine on architecture, Issue 5, March 2018, p.96

promoplan02big01promoplan02big02promoplan02big03Lancement de la publication « Plan de travail » // tirage de 10 exemplaires sur papier plan d’architecte // numéroté signé de 1 à 10 // format 900×596 mm // éditeur responsable : denis deprez // rythme de parution mensuelle // prix : 48 € + la moitié des frais de port. // pour toute commande : me contacter par courriel : postmaster@denisdeprez.com.

Avec des outils du champ artistique, Denis Deprez enquête dans des sites en mutations. Il observe comment le travail façonne les rythmes et les espaces de vie. Le premier numéro de « Plan de travail » est consacré à l’organisation de vie autour d’une vieille bâtisse qui fait face à une montagne. C’est un monde en retrait qui nous invite à suspendre pour un temps notre rythme frénétique pour saisir les fragments d’une conversation avec Paul Leeman, l’usager des lieux.

promoplan01big